•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Roméo Saganash : gouvernance et politique autochtone

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 30 septembre 2022

Entrevue avec Roméo Saganash : gouvernance et politique autochtone

Le rôle de la politique dans le processus de Vérité et la Réconciliation

Un homme pose devant le parlement
Romeo SaganashPHOTO : Radio-Canada / Marie-Laure Josselin
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 30 septembre 2022

Romeo Saganash, membre de la nation crie, a été élu député de la circonscription d'Abitibi—Baie-James—Nunavik—Eeyou à la Chambre des communes sous la bannière du Nouveau Parti démocratique (NPD). Il a été député jusqu'en 2019. Lui-même survivant des pensionnats pour Autochtones, la journée Vérité et Réconciliation est une d'une importance capitale pour lui.

« C’est certainement une journée de réflexion pour moi. 14 enfants de ma famille ont été arrachés à leurs proches pour aller aux pensionnats pour autochtones. En parler est un avancement mais il ne faut pas que la discussion se fasse qu’une journée par année. »

Au début de sa carrière en politique, il a réalisé que peu de politiciens osaient se lever en chambre pour défendre les intérêts des peuples autochtones. Inspiré par un aîné de son entourage, il s’est lancé en politique pour poser des gestes concrets.

« Un jour, l’aîné Billy Diamond, m’a demandé : Que veux-tu faire de ta vie ? Il a dit : Moi, j’ai négocié la convention de la Baie James, qui est le plancher pour les droits et les intérêts des Cree dans le territoire de la Baie James. Alors c’est à toi maintenant et à toute la jeunesse de faire encore mieux et c’est ce que j’ai tenté de faire à travers la déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, un processus qui a pris 23 ans mais qui est une de mes grandes fierté. »

Roméo Saganash estime que les choses ne changent pas aussi rapidement qu’il le souhaite. La patience est de mise en politique avant que des actions soient posées. Cela dit, l’intérêt dans cette institution est pour lui porteur d’espoir.

« Lors de la dernière élection fédérale, il y avait 74 candidats autochtones, et ça, ça me réchauffe le cœur. Plus nous serons nombreux dans ces institutions, plus on va faire bouger les choses. »

— Une citation de  Romeo Saganash