•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Vanessa Udy : journée internationale des Peuples autochtones

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 9 août 2022

Entrevue avec Vanessa Udy : journée internationale des Peuples autochtones

Comment améliorer les droits des peuples autochtones au Canada?

Le logo de l'Organisation des Nations unies, couleur dorée
Le logo de l'Organisation des Nations unies (ONU)PHOTO : AFP/Getty Images / ANGELA WEISS
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 9 août 2022

Le 9 août marque la Journée internationale des peuples autochtones, organisée par les Nations-Unies. Cette Journée fait directement écho à la Déclaration sur les droits des peuples autochtones signée par les membres de cette même organisation il y a presque 15 ans, en septembre 2007.

Vanessa Udy, avocate et doctorante en traditions juridiques autochtones à l'Université de Victoria, discute de l’implémentation de cette déclaration au Canada et dans le monde, qui vise à garantir aux Premières Nations l’autodétermination et le contrôle sur le territoire et les ressources naturelles qui s’y trouvent.

« Cela a pris trois ans avant que le Canada ne signe [cette déclaration]. Ce n’est que cette année et l’année passée que des mesures législatives ont été prises pour l’appliquer au droit canadien. »

— Une citation de  Vanessa Udy, avocate et doctorante en traditions juridiques autochtones à l'Université de Victoria

La Colombie-Britannique est la première province au Canada à avoir implémenté la déclaration. On est en train de faire des changements dans les lois qui ont été adoptées pour les harmoniser avec la déclaration [...] et aussi changer le système de décision pour l’exploitation des ressources naturelles dans la province, dit l’avocate. On a environ deux ans d’avance sur le fédéral.

Vanessa Udy souhaite que des changements plus profonds interviennent au pays. Il faut faire des changements au niveau du droit constitutionnel canadien pour entériner cette déclaration. Un souhait qu’ont les Premières Nations depuis plusieurs décennies, selon elle.