•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Pierre Gallant : la maison de la francophonie et le plan Broadway

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 19 mai 2022

Entrevue avec Pierre Gallant : la maison de la francophonie et le plan Broadway

Le corridor Broadway va aussi redéfinir le visage de la francophonie vancouvéroise

Un panneau indiquant que les commerces sont ouverts pendant les travaux, à Vancouver en mai 2022
La construction de l'extension de la ligne de SkyTrain sur Broadway à Vancouver perturbe les commerçants.PHOTO : Radio-Canada / David Horemans
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 19 mai 2022

Le plan de revitalisation du corridor Broadway à Vancouver, en cours de discussion au conseil municipal de la ville, va redéfinir le visage de ce quartier et de la francophonie vancouvéroise. La Maison de la francophonie, située sur la 7e avenue Ouest à Vancouver, attend la validation de ce projet pour faire peau neuve.

Pierre Gallant, architecte chez Morrison Hershfield et président du Conseil d'administration de la Maison de la Francophonie, décrit ce nouveau projet.

C’est essentiel, c’était en retard. Le plan directeur de la ville n’était pas à jour pour ce qui concerne le corridor Broadway. Il faut repenser plus ça pour que la ville soit plus vivable, estime-t-il.

Malheureusement, on est pris là-dedans à la Maison de la francophonie, ce qui retarde notre projet de développement, mais ce qui permet d’avoir tout probablement un meilleur projet, dit-il.

Cette attente n’empêche pas à la conception de la nouvelle Maison de la francophonie de poser ses premières bases. Ce sera un podium de deux étages avec le théâtre à gauche près de la bretelle Granville qui donne accès à un petit parc. [...] Ça donne un bien meilleur emplacement, se réjouit Pierre Gallant.

L’édifice sera complété par une tour résidentielle appartenant au promoteur. Je trouve que ça prend beaucoup de temps. On en parle depuis plus de 10 ans et je sais que l’équivalent à Edmonton avait pris 20 ans, explique-t-il.