•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Paige Dampier : météo difficile pour les agriculteurs

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 18 mai 2022

Entrevue avec Paige Dampier : météo difficile pour les agriculteurs

Un printemps difficile pour les agriculteurs de la Colombie-Britannique

Un tracteur dans un champ.
Les agriculteurs sont aux premières loges des changements climatiques. Ils doivent s'adapter rapidement.PHOTO : Radio-Canada / Brigitte Dubé
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 18 mai 2022

Le temps particulièrement pluvieux et froid en Colombie-Britannique ce printemps complique le travail des agriculteurs. Les récoltes tardent à venir et il leur devient difficile de satisfaire la demande des consommateurs. Paige Dampier, fermière à Glen Valley Organic à Abbotsford, témoigne.

Pour le moment, on a trois semaines de retard, dit-elle. Oignons verts, carottes ou betteraves, rien de poussé dans ses champs d’Abbotsford, faute de soleil.

« On a un programme d’abonnements, on a 140 boîtes à remplir chaque semaine, donc c’est un peu stressant de voir qu’on a des récoltes dans le sol qui ne poussent pas. »

— Une citation de  Paige Dampier, fermière à Glen Valley Organic à Abbotsford

En plus des faibles températures et du manque de soleil, les fortes pluies de ces dernières semaines endommagent les sols. Avec l’eau, le sol dans les champs est saturé et on ne peut pas rentrer avec le tracteur, explique Paige Dampier. Si on met la main dans le sol, on a l’impression que c’est froid et les récoltes n’aiment pas ça.

Chaque année, la fermière ressent de plus en plus les effets des changements climatiques sur ses terres. On a des méthodes pour s’adapter, on peut mettre du plastique sur le sol pour que ça réchauffe plus vite, on travaille avec des serres qui nous donnent quelques semaines d’avance, [...] mais s’il y a des inondations, il n’y a pas grand-chose à faire, dit-elle.

Sa crainte principale en ce moment, ce sont les inondations causées par la fonte des neiges. On veut de la chaleur, mais pas trop et on regarde surtout la neige et les niveaux de la rivière pour voir ce que ça va donner.