•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Entrevue avec Mélanie Ouimet : aider les parents et leurs enfants neuroatypiques

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 17 mai 2022

Entrevue avec Mélanie Ouimet : aider les parents et leurs enfants neuroatypiques

Comment comprendre et aider les personnes neurodivergentes?

Un enfant prisonnier derrière une parois translucide.
Le gouvernement de la Colombie-Britannique mettra en place des centres de soutien pour aider les parents qui ont des enfants neurodivergents.PHOTO : iStock
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 17 mai 2022

Le gouvernement de la Colombie-Britannique mettra en place des centres de soutien pour aider les parents qui ont des enfants neurodivergents. Quarante centres à guichet unique devraient ouvrir d'ici 2024. Mélanie Ouimet, autrice et fondatrice du mouvement francophone de la neurodiversité, explique tout le travail à faire pour inclure tous les types d'intelligence atypique.

Le cerveau des personnes neurodivergentes est câblé de manière différente de la norme et cela amène une tout autre perception de l’environnement, ce qui entraîne des forces et des défis. Quand on comprend la neurodiversité avec le DSM [Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux], on la comprend comme un trouble et cela risque de ne pas amener le bon soutien pour les personnes neurodivergentes.

Pour Mélanie Ouimet, la création de ces centres de soutien est une bonne nouvelle, mais n’est pas encore assez adaptée à la réalité des personnes neurodivergentes, soit des personnes qui vivent avec l’autisme, le TDAH, la dyslexie ou encore la douance.
On est encore dans un programme de soin pour des enfants qui sont souffrants. On est loin encore du prisme de la neurodiversité.
Au-delà du diagnostic qui peut aider les personnes neurodivergentes, plusieurs solutions peuvent être mises en place, dont l’inclusion de ces personnes dans les projets de recherche, pour faire ce qu’on appelle de la recherche inclusive.