•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Geneviève Lauzon :  Le visage de la francophonie change en C.-B.

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 23 décembre 2021

Geneviève Lauzon :  Le visage de la francophonie change en C.-B.

Un court voyage en Colombie-Britannique qui change la vie

Geneviève Lauzon en camping sourit devant sa tente.
Geneviève Lauzon a quitté le Québec en voiture pour aller rejoindre des amis le temps d'un été et elle n'y est jamais retournée. PHOTO : Gracieuseté : Geneviève Lauzon
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 17 janvier 2022

Partie pour une escapade routière après une année scolaire, Geneviève Lauzon s'est vite rendu compte qu'elle ne reviendrait pas de sitôt au Québec.

Originaire de Montréal, l’enseignante a commencé par aller voir des amis à Edmonton et à Banff en voiture pour ensuite venir travailler quelque temps à Vancouver et finalement y rester. Je ne pensais pas que je déménageais tout à Vancouver.

« C’est sûr que la culture québécoise, c’est vraiment une culture tissée serrée, et je ne m'en étais jamais vraiment aperçu avant de sortir du Québec. C’est sûr qu’en étant ici, j’ai toujours cette grosse partie québécoise qui est en moi. »

— Une citation de  Geneviève Lauzon

Geneviève Lauzon souhaite enseigner en français aux jeunes britanno-colombiens. Un de ses rêves serait de s’établir pour de bon dans la province, pour y fonder une famille entourée de ses amis.

Geneviève Lauzon se promène en forêt.

Partie pour une escapade routière après une année scolaire, Geneviève Lauzon s’est vite rendu compte qu’elle ne reviendrait pas de sitôt au Québec.

Gracieuseté : Geneviève Lauzon

Ce qui me manque de Montréal, c’est tout, tout, tout, avoue-t-elle. C’est ça qui est difficile et paradoxal, ma famille et mes amis me manquent, surtout que mes neveux, mes nièces vieillissent, mais je me sens encore connecté. Parler français aussi. Je parle correctement l’anglais, mais je suis plus naturelle en français.