•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Le point sur la « contribution vaccinale » avec Damien Contandriopoulos

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 12 janvier 2022

Le point sur la « contribution vaccinale » avec Damien Contandriopoulos

Contribution de santé, ou comment « blâmer quelqu'un pour la pandémie »

Bonnie Henry et Adrian Dix s'adressent aux médias.
La médecin hygiéniste en chef de la C.-B., Bonnie Henry, et le ministre de la Santé, Adrian Dix, insistent sur la contribution de chacun pour lutter contre la pandémie de COVID-19.PHOTO : Radio-Canada
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 12 janvier 2022

Le Québec fixera sous peu le montant d'une contribution santé imposée aux personnes qui n'auront pas reçu une première dose de vaccin contre la COVID-19. Une mesure que la santé publique de la Colombie-Britannique dit « ne pas planifier. » Damien Contandriopoulos, professeur à l'école de sciences infirmières de l'Université de Victoria (UVic), réagit à la nouvelle.

C’est un exercice de relation publique beaucoup plus qu’un exercice de gestion de la pandémie, dénonce-t-il.

Selon Damien Contandriopoulos, le premier ministre québécois François Legault souhaite blâmer quelqu’un pour la pandémie, et actuellement les gens qui refusent de se faire vacciner ont le dos large.

« C’est certain qu’il faut se faire vacciner [...] mais même si tout le monde était vacciné demain, on serait encore dans cette pandémie pour aussi longtemps. »

— Une citation de  Damien Contandriopoulos, professeur à l'école de sciences infirmières de l'Université de Victoria (UVic)

Damien Contandriopoulos souligne également l’aspect discriminatoire de cette mesure envers les plus démunis. Il y a plein de gens qui sans dans l’itinérance, qui ont des problèmes de santé mentale. Ces gens-là on aura beau les faire payer, ça ne changera pas la situation.

Une situation « catastrophique » dans les hôpitaux en Colombie-Britannique

Le professeur à l'école de sciences infirmières de UVic critique le rapprochement trop fort entre les autorités de santé et le gouvernement en Colombie-Britannique.

[En Colombie-Britannique], vous avez une fusion symbiotique quasiment totale. [La Dre Bonnie Henry] est complètement intégrée à l’appareil politique gouvernemental. C’est un très mauvais système.

Alors que les hospitalisations ont plus que doublé dans la province depuis le 1er janvier, Damien Contandriopoulos tire la sonnette d’alarme. Il faut porter attention aux échos du terrain. Les échos que j’ai [...] c’est que la situation est catastrophique.