•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Omicron  :  les temps sont encore difficiles pour les restaurants en C.-B.

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 11 janvier 2022

Omicron  :  les temps sont encore difficiles pour les restaurants en C.-B.

Le monde de la restauration à Vancouver, entre espoir et résignation

Une personne portant un masque passe devant la terrasse d'un restaurant où sont attablés des gens.
Des clients sont photographiés en train de manger dans un restaurant du centre-ville de Vancouver, en Colombie-Britannique.PHOTO : Radio-Canada / Ben Nelms
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 11 janvier 2022

Après près de deux ans de pandémie, le monde de la restauration fait face au variant Omicron avec plus ou moins de réussite. De nombreuses institutions de Vancouver ferment leurs portes, alors que certains restaurateurs ouvrent de nouvelles enseignes.

Nico Schuermans, chef et propriétaire du restaurant Le Chambar à Vancouver, dresse un portrait en demi-teinte du monde de la restauration.

Je crois que ça devient de plus en plus dur pour les restaurateurs. [...] Il y a un moment où les gens en ont assez, ils ne peuvent plus se permettre de rester ouverts financièrement.

Outre les problèmes financiers, c’est le moral de son personnel qui inquiète le restaurateur. Dans la restauration, si le moral n’est pas haut, la qualité de dégustation et l’expérience du client vont devenir moindres, note-t-il.

« Là, on essaye de survivre, alors que d’habitude on vend du plaisir. »

— Une citation de  Nico Schuermans, chef et propriétaire du restaurant Le Chambar à Vancouver

Différent son de cloche de Mélanie Gravel, qui a participé à l’ouverture du restaurant Delara, dans le quartier de Kitsilano à Vancouver, qu’elle gère depuis le mois d’août 2021.

Il faut s’adapter, on avait ça en tête en ouvrant, nous, donc ça va un peu mieux, dit-elle.

Mélanie Gravel préfère se rappeler l’importance de partager un repas ensemble, et l’enthousiasme de ses nouveaux clients, même si ceux-ci sont moins au rendez-vous en ce début d’année.

« Je n'ai pas de personnel, mais je n'ai pas de client non plus en ce moment. Donc c’est le meilleur du pire. »

— Une citation de  Mélanie Gravel, gérante du restaurant Delara, à Vancouver