•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les oléoducs sont-ils vulnérables aux catastrophes naturelles?

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 26 novembre 2021

Les oléoducs sont-ils vulnérables aux catastrophes naturelles?

Les conséquences des inondations sur les pipelines en C.-B.

Des plaines et une autoroute inondés.
L'eau inonde complètement l'autoroute 1 qui passe à Abbotsford, en Colombie-Britannique.PHOTO : La Presse canadienne / JONATHAN HAYWARD
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 26 novembre 2021

De nombreuses infrastructures sont mises à mal à cause des inondations qui touchent le sud-ouest de la Colombie-Britannique. Mais qu'en est-il des oléoducs qui parsèment cette région de la province? Martin Bélanger, ingénieur à la retraite et ancien directeur du projet Keystone pour TransCanada Pipeline, répond.

Il y a des centaines de milliers de kilomètres [d'oléoducs] au Canada, on a une expertise dedans, on en construit depuis le début du 20e siècle, rassure l’ingénieur en précisant que c’est le rôle des ingénieurs d’anticiper les risques et les dangers tels les inondations, les tremblements de terre ou les mouvements de terrain.

Le pipeline Trans Mountain, dont une partie se situe dans les zones inondées, a été fermé le 14 novembre dernier de manière préventive. Trans Mountain a décidé de fermer le pipeline pour éviter les risques, mais le pipeline va bien, explique Martin Bélanger.

Selon lui, l’oléoduc est fermé pour deux raisons : les employés sur le terrain sont occupés à gérer les conséquences des inondations sur leur foyer, et les systèmes de surveillance de l’oléoduc sont menacés par les fortes pluies.

Le système de surveillance est le plus à risque pendant les inondations [...] c'est lui qui est le plus fragile, note l’ingénieur à la retraite, ils vont fermer les valves pour isoler [l’oléoduc] en petites sections, pour que s’il y a un dommage physique à cause des inondations, les dégâts soient limités, indique l’ingénieur à la retraite.