•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le visage de la francophonie change en C.-B.

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 10 septembre 2021

Le visage de la francophonie change en C.-B.

Andréa Saunier, le défi de tout recommencer à Vancouver

Andréa Saunier pose sur un fond noir et blanc.
« Ce qui me manque le plus, c’est le fromage! » s'exclame Andréa Saunier, en se rappelant des souvenirs de la France.PHOTO : Gracieuseté : Andréa Saunier
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 12 octobre 2021

De France à Vancouver, cette créatrice de contenus a tout lâché pour tenter sa chance dans l'Ouest canadien.

Faisant fi de la barrière de la langue, Andréa Saunier a décidé de faire ses valises pour Vancouver afin de changer d’air.

Je suis venue en ne connaissant absolument personne, et je voulais avoir le défi de tout recommencer [...] Vancouver a été une très belle surprise, lance la Française d’origine, ajoutant qu’elle est tombée amoureuse de la ville.

Andréa Saunier pose avec un livre rouge entre les mains.

De France à Vancouver, Andréa Saunier a tout lâché pour tenter sa chance dans l’Ouest canadien.

Gracieuseté : Andréa Saunier

Depuis quatre ans, Andréa Saunier se fond dans le rythme canadien.

« Prendre le temps de vivre, et être en accord avec la nature. Je pense que quand je vivais à Paris, je ne prenais pas le temps de vivre mes journées, j’étais dans un cycle professionnel ou c’était le travail la priorité. »

—  Andréa Saunier, créatrice de contenus

La créatrice de contenus aimerait réaliser des documentaires et continuer de vivre de son art, elle qui voudrait « placer Vancouver sur la carte internationale francophone », et faire rayonner la région par les arts.

Ce qui me manque le plus, c’est le fromage! J’en ai marre d’avoir du cheddar au barbecue, rigole-t-elle. Moi je suis habituée [à manger] des pélardons pour trois euros.

Quand on demande à Andréa Saunier de décrire la Colombie-Britannique, elle parle des lacs, des festivals d’été, du multiculturalisme, mais surtout des gens qui se protègent de la neige avec des parapluies.