•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les résultats électoraux sous la loupe fédérale, provinciale et des sondages

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 21 septembre 2021

Les résultats électoraux sous la loupe fédérale, provinciale et des sondages

Élections fédérales : un statu quo qui ne surprend personne

Justin Trudeau parle sur scène au rassemblement libéral, en compagnie de sa famille.
Justin Trudeau a pris la parole dans la nuit de lundi à mardi.PHOTO : Radio-Canada / Ivanoh Demers
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 21 septembre 2021

Même s'il reste des bulletins à dépouiller et que le sort de certains candidats n'est pas encore scellé, on sait que le Parti libéral va former le prochain gouvernement minoritaire. Des résultats que passent à la loupe Geneviève Tellier, professeure en études politiques à l'Université d'Ottawa, Duncan Cameron, analyste politique, et Bryan Breguet, politologue et fondateur du blogue Too close to call/Si la tendance se maintient.

Faut penser que les Canadiens ne voulaient pas d'élections. D'ailleurs, M. Trudeau l’a dit lui-même. M. Trudeau a abordé la question, mais n'a toujours pas répondu à la fameuse question : pourquoi aller en élections? Et je pense que les électeurs lui ont dit qu'on ne voulait pas d'élections. Alors ça n'a pas changé, contrairement à ce qu'on a vu par ailleurs sur la scène provinciale, je pense à la Colombie-Britannique, mais aussi au Nouveau-Brunswick, précise Geneviève Tellier pour expliquer le statu quo politique à l’issue du scrutin.

Selon la professeure d'études politiques, le problème fondamental de ces élections était le manque de vision et de suggestions concrètes dans les programmes des partis.

Il n'y a aucun des partis qui avait une proposition intéressante pour l’avenir du Canada malgré ce que M. Trudeau nous avait dit en déclenchant la campagne, commente Geneviève Tellier.

Duncan Cameron dresse le même constat de continuité pour la Colombie-Britannique.

Le NPD pensait faire une percée, mais ce n'est pas le cas. Les conservateurs ont eu 35 % des voix, plus que les libéraux et le NPD, mais ils ont eu moins de sièges. C’est une élection où on n'a pas décidé grand-chose, ici non plus, indique Duncan Cameron qui n’est toutefois pas d’accord avec le fait que ces élections n’étaient pas nécessaires.

Quant aux sondages à l'échelle nationale, ils n’ont pas menti, comme le constate Bryan Breguet.

Les sondages et les sites de projections ont eu une bonne soirée, malgré quelques erreurs çà et là. Je dirais que la vraie surprise de la soirée, c'est nous, c’est la Colombie-Britannique, où on a les libéraux qui ont vraiment connu une mauvaise campagne dans la province. Ils ont commencé en premier, ils ont fini en troisième. Avoir un parti qui chute pendant six semaines, mais qui finit premier en matière de sièges, c’est un peu poussif pour le mode de scrutin, explique Bryan Breguet, qui revient aussi sur les résultats surprises des deux circonscriptions de Richmond.