•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Du glyphosate dans nos assiettes

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 23 juillet 2021

Du glyphosate dans nos assiettes

Bientôt encore plus de glyphosate dans nos assiettes?

Le logo de Bayer.
Bayer, qui a racheté Monsanto pour 87 milliards de dollars en 2016, commercialise l'herbicide Roundup dont l'ingrédient actif est le glyphosate.PHOTO : AFP / JOHN MACDOUGALL
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 23 juillet 2021

Santé Canada envisage d'autoriser une plus grande quantité de glyphosate dans les aliments. L'idée suscite l'indignation de plusieurs médecins et chercheurs à travers le pays, dont Maryse Bouchard, professeure à l'Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les contaminants environnementaux et la santé des populations.

Cette annonce m’a vraiment surprise. Ça va complètement à contre-courant de la volonté des gouvernements à travers le monde de plutôt réduire l’utilisation des pesticides. Une volonté qui, je pense, est partagée par le grand public. Les gens s’insurgent contre cette décision, indique la chercheuse.

À la demande de la compagnie Bayer, Santé Canada envisage d’autoriser des quantités trois fois plus élevées de glyphosate sur des produits comme les céréales et les légumineuses. On peut comprendre l’intérêt d’un vendeur de pesticides. Mais, pour Santé Canada, son rôle devrait plutôt être de protéger la santé publique et les Canadiens, déplore Maryse Bouchard.

L'industrie des pesticides soutient qu'il n'y a pas de danger pour la santé et Santé Canada juge que le risque est acceptable. Pourtant, des études prouvent le contraire, note la scientifique : on soupçonne que l’exposition au glyphosate, qui est l’herbicide le plus utilisé à travers le monde et au Canada, peut favoriser certains types de cancer, souligne-t-elle.

C’est devenu pratiquement impossible d’échapper au glyphosate. C’est présent dans tellement de denrées alimentaires. À moins d’éviter toute forme de grains, de céréales, de légumineuses et de noix, ajoute l’universitaire.