•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 24 juin 2021

Bilan de l'année scolaire toute particulière qui vient de s'écouler

Année scolaire : « le CSF a plutôt bien tiré son épingle du jeu »

Publié le 24 juin 2021
Des élèves sortent en courant d'un immeuble qui semble être une école. Une femme aux cheveux blonds souriante tient la porte ouverte.
La fin des classes est un moment de grande joie pour les enfants.PHOTO : iStock / Ridofranz

L'école est presque terminée, les vacances d'été sont à notre porte. Michel St-Amant, le directeur général du Conseil scolaire francophone (CSF), dresse le bilan de l'année scolaire toute particulière qui vient de s'écouler.

Le CSF a relativement bien tiré son épingle du jeu. On a quand même eu des défis avec certaines fermetures, avec le fait que les messages provenant des cinq régies de santé avec lesquelles on doit faire affaire sont sensiblement les mêmes, mais avec de petites couleurs particulières qui faisaient en sorte que ce qu’on applique d’un côté, on doit l’ajuster pour s’assurer que c’est la bonne chose à faire ailleurs, précise Michel St-Amant à propos des défis qui n’ont pas manqué en cette année scolaire sur fond de pandémie.

Le directeur général du CSF tire son chapeau à ce qu’il appelle son équipe, du personnel aux parents en passant par les élèves, sans le soutien desquels cela n’aurait pas été aussi aisé de naviguer sur les flots houleux de cette année spéciale.
Tout le monde à un certain degré a collaboré et on a quand même pu réussir à garder une certaine sérénité au travers de tout cela, précise-t-il.

Et s’il ne fallait retenir qu’un seul mot pour qualifier cette année, ce serait sans doute le terme communication.
On a appris qu’une communication régulière, sérieuse, des échanges et des directives claires ont vraiment été ce qui nous a permis de passer à travers, conclut Michel St-Amant.