•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 18 mai 2021

Pourquoi la guerre des gangs est-elle ravivée dans le Grand Vancouver?

Gangs de rues dans le Grand Vancouver : la montée de la violence expliquée

Publié le 18 mai 2021
Des agents de la GRC discutent sur la scène d'une fusillade.
Des agents de la GRC discutent sur la scène d'une fusillade qui a fait un mort de deux blessés, à Burnaby, en Colombie-Britannique. PHOTO : La Presse canadienne / Darryl Dick

Sept fusillades mortelles sont survenues dans le Grand Vancouver depuis le 20 avril 2021. Outre la fréquence de ces meurtres, c'est leur audace qui peut surprendre puisque la plupart de ces fusillades ont eu lieu en plein jour, dans des endroits fréquentés, dont à l'aéroport international de Vancouver. Maria Mourani, criminologue et spécialiste des gangs de rue, tente d'expliquer pourquoi on semble faire face à une nouvelle guerre des gangs dans la région en indiquant que la police en Colombie-Britannique semble moins sévir contre le gangstérisme.

Il faut voir le milieu des gangs et du crime organisé en général un peu comme un écosystème. Lorsqu’on observe comme cela des pics de violence rapprochée dans une courte période de quelques mois, c’est généralement dû à des luttes de pouvoir, de territoires, précise Maria Mourani selon laquelle il faut envisager les gangs comme des mini-entreprises qui se battent entre elles pour asseoir leur monopole.

Selon la criminologue, pour combattre ces gangs de rue et faire retomber la violence que leur rivalité engendre, les services policiers doivent absolument se servir de tout ce dont ils disposent.

C’est un ensemble de choses. Lorsqu’on a comme ça des montées de violence, on n’a pas le choix, on est dans la répression. On est aussi dans la pression, c’est-à-dire de mettre la pression sur les leaders de ces groupes [...] qui eux ne veulent que faire de l’argent et pour qui cette violence est mauvaise pour le “business”, explique Maria Mourani.