•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 11 mai 2021

Pandémie et mémoire ne font pas bon ménage

La pandémie nuit à notre mémoire

Publié le 11 mai 2021
Un homme voit sa mémoire s'effriter.
Notre faculté à mémoriser les choses semble s’est effectivement détériorée avec l'arrivée de la COVID selon la professeure Isabelle Rouleau.PHOTO : iStock

Vous ne rêvez pas si vous avez l'impression que votre mémoire vous joue des tours depuis les débuts de la pandémie. Notre faculté à mémoriser les choses semble s'être effectivement détériorée avec l'arrivée de la COVID, comme l'explique Isabelle Rouleau, professeure au Département de psychologie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) et spécialiste du cerveau.

Les gens qui sont en télétravail et qui ont des environnements très peu riches, qui sont toujours assis devant le même écran, dans la même pièce toute la journée, ce n’est pas très bon pour la mémoire. Parce que la mémoire, ça a besoin de se déplacer, d’avoir un environnement stimulant et puis là, l'environnement est franchement pauvre. Il y a un appauvrissement de l'ensemble des informations et ce sont des informations qui sont importantes pour maintenir un bon fonctionnement mnésique, explique Isabelle Rouleau.

Pour la spécialiste du cerveau, le manque d’allées et venues dans notre routine quotidienne nuit grandement à nos efforts de mémorisation.

Le fait qu’on ne se déplace pas beaucoup fait en sorte qu’on n'a pas de périodes de repos entre les différents événements qu’on vit. C’est comme si on faisait un truc après l’autre, et il n’y pas ces périodes tampons qui sont essentielles pour consolider les informations, pour les classer, pour garder ce qui est important et rejeter ce qui ne l'est pas, précise Isabelle Rouleau pour qui on manque cruellement de repères temporels depuis un an.

Mais rassurons-nous, il s’agirait d’un phénomène temporaire et nous devrions récupérer cette faculté de mémoriser les choses en retrouvant certaines de nos habitudes.