•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 7 mai 2021

Comment réagir à la haine anti-asiatique et aux incidents racistes ?

Lutter contre la haine envers les Asiatiques

Publié le 7 mai 2021
Personne tenant une pancarte sur laquelle il est écrit « stop asian hate ».
Connais-tu le racisme anti-asiatique?PHOTO : Radio-Canada

Depuis les débuts de la pandémie, le nombre d'incidents racistes envers les personnes d'origine asiatique s'est multiplié à travers le pays.
La Colombie-Britannique ne fait pas exception. Qiongli Wu et l'auteure Ying Chen, toutes deux originaires de Chine et résidentes de Vancouver, parlent de ce qu'elles ressentent face à cette haine anti-asiatique toujours aussi virulente.

Je suis chanceuse, personnellement je n’ai pas été victime ou témoin d’agressions racistes, mais c’est frustrant d’entendre que des gens ont un peu peur de sortir, précise Qiongli Wu, mère de deux enfants.

Pour elle, il ne faut pas chercher bien loin la raison de cette résurgence de la haine envers les Asiatiques.
Je pense que les politiques ont une grande part de responsabilité, surtout la montée du mouvement politique populiste, ça a beaucoup encouragé directement ou indirectement le passage à l’acte pour certains, explique Qiongli Wu. Pour elle, l'éducation sur l’utilisation des réseaux sociaux est primordiale afin que les gens ne se permettent plus de dire tout et n'importe quoi.

Selon Qiongli Wu, les médias ont aussi joué un rôle dans cette perception des personnes d'origine asiatique, car ils contribuent à perpétuer cette image de méfiance et de doute envers la Chine dans l'opinion publique.

Même si elle n’a pas été non plus victime elle-même de tels incidents, l’auteure Ying Chen réagit très fortement et émotivement à ce racisme ambiant.
En tant qu'écrivain, tout ce que je peux faire c’est essayer de transcender les choses, c’est essayer de trouver une façon de passer au-delà grâce à l’art. C'est la seule consolation que je puisse trouver, explique l’auteure née à Shanghai.

Ying Chen se dit plutôt pessimiste pour ce qui est de voir cette haine anti-asiatique disparaître bientôt.
Je vois la chose venir et je ne crois pas que cela peut s'améliorer très rapidement. C’est quelque chose avec lequel on va vivre pendant des décennies, constate l’auteure, qui s’appuie sur les leçons tirées de l'histoire pour justifier ses prédictions.