•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 22 avril 2021

Comment savoir ce qui fonctionne ou non dans les restrictions ?

L'efficacité des restrictions en place est-elle proportionnelle à leur sévérité?

Publié le 22 avril 2021
Trois drapeaux côte-à-côte dans le vent, un de l'Alberta, un du Canada et un de la Colombie-Britannique.
La Colombie-Britannique vise à restreindre les voyages interprovinciaux en ajoutant des restrictions à la frontière avec l'Alberta.PHOTO : Shutterstock

Alors que la Colombie-Britannique veut « interdire » les déplacements non essentiels dans la province, on est en droit de se demander comment les autorités décident de ces mesures et de leur entrée en vigueur. Le Centre d'excellence sur la fédération canadienne de l'Institut de recherche en politiques publiques (IRPP) s'est penché sur la question et a mis au point un système pour pouvoir comparer ces restrictions.

Ce qu’on fait depuis le début de la pandémie, c’est regarder 12 mesures en particulier, celles dont on entend parler tous les jours, le masque est-il obligatoire dans les endroits publics, à l'extérieur, à l’intérieur, à l’école, le nombre de personnes qu’on peut avoir dans un rassemblement… on a mesuré quelle province a fait quoi à quel moment sur ces 12 mesures-là pour mettre au point un indice de sévérité, explique Charles Breton, directeur du Centre d'excellence sur la fédération canadienne de l’IRPP pour qui l’idée générale était de comprendre ce que les provinces font et quand est-ce qu'elles le font.

L’indice a permis de comparer des approches qui varient beaucoup selon les endroits, même si en fin de compte, les provinces ont eu tendance à se copier les unes les autres.
On voit qu'avec un nombre de cas similaires, certaines provinces vont y aller avec un niveau de sévérité très élevé alors que d’autres vont attendre un peu plus longtemps, note Charles Breton.

Le politologue revient également sur « l’interdiction » des déplacements dans la province que le premier ministre Horgan a annoncée en début de semaine. À la grandeur du pays dans toutes les provinces, on décourage les voyages d’une région à l’autre. Mais dans la façon dont c’est appliqué, à la grandeur de la province comme ce que la Colombie-Britannique semble vouloir faire, on n'a pas vu cela ailleurs, note Charles Breton.