•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 16 avril 2021

Des liens viraux entre les humains et les chats ?

Qui du chat ou de l’humain peut transmettre la COVID à l’autre?

Publié le 16 avril 2021
Un chat sort la tête d'un panier rembourré.
Les chats pourraient être infectés à la COVID-19 par leur propriétaire selon une nouvelle étude de BCCDC et de l'université de Montréal.PHOTO : Radio-Canada / David Thibodeau

Peut-on transmettre la COVID-19 à nos animaux de compagnie, et plus particulièrement à nos chats? Inversement, est-ce que notre « Mistigris » peut à son tour nous la transmettre? Une étude menée (Nouvelle fenêtre) conjointement par le Centre de contrôle des maladies de la Colombie-Britannique (BCCDC) et l'Université de Montréal tente d'établir les liens viraux qui existent entre les humains et les chats dans la transmission de la maladie.

Vers le mois de mars-avril 2020, des articles démontraient qu’en Chine parmi les chats errants, ils avaient trouvé environ 15 % de ces chats là qui avaient des anticorps contre la COVID-19. Ce qui semblait suggérer qu’il pouvait y avoir transmission, indique Hélène Carabin, professeure titulaire à la Faculté de médecine vétérinaire de l’Université de Montréal et l'une des chercheuses du volet québécois de l'étude pour expliquer l’origine du projet.

On a déjà trouvé des chats qui ont été infectés par leurs propriétaires. Donc, on est un risque pour les chats. Puis, les chats, un petit peu comme les humains, peuvent aussi développer des symptômes, qui la majorité du temps ne sont pas très graves, précise Hélène Carabin à propos de ce qu’on sait déjà sur les liens viraux qui existent entre nos félins et nous.

Pour mener à bien cette étude , les chercheurs des deux équipes « recrutent » donc des chats, une quarantaine en Colombie-Britannique et une quarantaine au Québec, qui vivent dans des ménages où il y a récemment eu une personne qui a eu un test positif à la COVID-19.