•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 6 avril 2021

La forêt nourricière pour venir en aide à la précarité alimentaire

Une forêt nourricière pour contrer la précarité alimentaire

Publié le 6 avril 2021
Des arbustes côtoient des fines herbes et de plus grands arbres dans un jardin communautaire.
Certaines municipalités utilisent le concept de forêt nourricière pour planter des végétaux comestibles dans des espaces verts inoccupés.PHOTO : Radio-Canada

« C'est un type de jardin en permaculture qui s'inspire d'une forêt naturelle où on trouve plusieurs étages, une canopée, des arbres, des arbustes, des plantes vivaces comestibles », explique Marie-Pierre Bilodeau, directrice chez Refarmers, à propos du projet de forêt nourricière qui doit voir le jour dans le parc Burrard View du quartier Hastings-Sunrise, à Vancouver.

La forêt nourricière comporte de nombreux avantages par rapport aux jardins communautaires plus habituels en ville, car cela demande moins d’entretien, l’idée de base étant de se concentrer avant tout sur la santé des sols.

Le choix du parc Burrard View n’est pas non plus anodin. C’est proche de beaucoup de gens qui vivent avec de faibles revenus. Comme plusieurs quartiers de Vancouver, autour du parc, il y a des maisons à deux, trois millions de dollars. Mais à quatre rues du parc, il y a plusieurs édifices avec des gens à faibles revenus, des nouveaux immigrants, une communauté autochtone, précise Marie-Pierre Bilodeau pour qui le parc est central et facile d’accès pour les 34 000 résidents du quartier.