•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du lundi 8 mars 2021

La libérale Stephanie Cadieux veut un projet de loi sur l'équité salariale

Une loi exigée pour l’équité salariale en Colombie-Britannique

Publié le 8 mars 2021
Jeune femme brune lisant ses papiers, l'air stressé.
Une femme professionnelle gagne 2,83 $ de moins l'heure que son équivalent masculin.PHOTO : iStock

La Journée internationale des femmes est le moment idéal pour débattre d'un projet de loi sur l'équité salariale, selon le Parti libéral de la Colombie-Britannique. La députée de Surrey-Panorama, Stephanie Cadieux, a déposé un projet de loi privé pour forcer les employeurs à déclarer publiquement les salaires de leurs employés.

Les Canadiennes qui travaillent à plein temps gagnent en moyenne 87 cents pour chaque dollar gagné par les hommes, par heure, selon Statistique Canada.

Et la Colombie-Britannique ne fait pas bonne figure : la différence de salaire est de 18 % et c'est une des rares provinces à ne pas avoir de loi sur l’équité salariale.

La porte-parole libérale en matière d'équité des genres, d'accessibilité et d'inclusion, Stephanie, Cadieux croit qu’il est temps d'agir.

Si son projet de loi privé est adopté, les entreprises de plus de 50 personnes devront déclarer annuellement le salaire moyen de tous les employés, y compris les primes sur le salaire.

Le but est d'encourager les entreprises à atteindre l'équité et à corriger cette pratique qu'elle qualifie d'injuste. Stephanie Cadieux ne croit pas que cette iniquité soit volontaire de la part des employeurs, mais plutôt le résultat de préjugés inconscients.

La secrétaire parlementaire du NPD pour l'égalité des genres, Grace Lore, a indiqué que ce projet de loi n'aiderait pas beaucoup de femmes parce que 98 % des entreprises en Colombie-Britannique ont moins de 50 employés.

Avec des informations de Cory Correia