•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 4 mars 2021

Point sur la situation des sans-abris et du logement en Colombie-Britannique

La situation des locataires et des sans-abris face au logement en Colombie-Britannique

Publié le 4 mars 2021
Un homme est enveloppé dans un sac de couchage posé sur des morceaux de carton sur le trottoir et tente de dormir, alors que derrière lui un piéton attend de traverser une intersection.
Un itinérant essaie de se garder au chaud dans un sac de couchage alors qu'il dort dans la rue par temps froid à Vancouver.PHOTO : David Horemans

Dans un contexte de crise de logement, à laquelle s'ajoute la pandémie de la COVID-19, des changements ont été mis en place pour améliorer le quotidien des locataires ainsi que celle des sans-abris. Marie-Hélène Bourret, l'autrice d'un rapport concernant les francophones sans-abris dans la région de Victoria (publié en 2017), commente ces récents changements.

D’emblée, Marie-Hélène Bourret fustige la décision du conseil municipal de Penticton pour avoir voté à l'unanimité la fermeture d'un refuge d'urgence pour sans-abri : je ne mâcherai pas mes mots : je trouve que c’est une décision d’ignorants (...), les personnes qui ont pris cette décision n’ont pas forcément la connaissance nécessaire pour prendre des décisions éclairées.

En revanche, elle félicite le ministre du Logement de la Colombie-Britannique, David Eby, pour sa prise de position en faveur des sans-abris dans ce dossier.

Mme Bourret insiste qu'il existe un paquet de raisons pour lesquelles les gens sont dans la rue, et donc de faire semblant que (le problème) n’existe pas, ça ne règle absolument rien.

Une décision comme la prolongation du gel des loyers jusqu’en janvier 2022 est une décision qui aurait dû être prise il y a 15 ans, mais pas à cause de la pandémie précise-t-elle.