•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 2 mars 2021

Tous les détails le campagne de vaccination en Colombie-Britannique

Le plan de vaccination britanno-colombien est-il raisonnable?

Publié le 2 mars 2021
Une main tient une fiole et une seringue.
Un travailleur de la santé s'apprête à donner une dose du vaccin Pfizer-BioNTech.PHOTO : Reuters / CARLOS OSORIO

Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, et la médecin hygiéniste en chef de la province Bonnie Henry ont annoncé, lundi, l'entrée de la province dans la phase 2 de son plan de vaccination. Les plus vulnérables sont prioritaires. Sous quel œil regarder ce plan de vaccination?

Ca parait compliqué mais en bout de ligne c’est assez simple puis ils vont commencer les vaccinations avec les gens les plus à risques de complication ou de décès, et puis progressivement les groupes d'âges vont devenir de plus en plus jeunes rassure l’immunologiste et directeur de l'unité de recherche en oncologie moléculaire à l'Institut de Recherche Clinique de Montréal, André Veillette.

En somme, la stratégie de vaccination de la Colombie-Britannique est raisonnable et similaire à d’autres provinces canadiennes, estime l’expert en immunologie.

Les autorités sanitaires de la province veulent vacciner 4,3 millions d’adultes d’ici septembre, dont 400 000 personnes entre mars et avril. L'immunologiste assure que c’est un objectif atteignable parce que plusieurs vaccins sont maintenant disponibles pour la population.

Concernant le délai d’attente entre la première et la deuxième dose, qui peut s’étendre jusqu’à quatre mois, le docteur André Veillette change de ton : il n’y a pas d’évidences claires que prolonger l’intervalle entre la première et deuxième dose soit correct.

D’ailleurs, il rappelle que l’infectiologue américain et sommité mondiale sur le sujet, Anthony Fauci, conseille de ne pas prolonger les intervalles. Plus on s’en tient au protocole établi par les compagnies pharmaceutiques, plus on a de chance d’avoir d'excellents résultats insiste-t-il.