•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 23 février 2021

Notre beurre contient-il (trop) d'huile de palme?

De l’huile de palme dans le beurre canadien ?

Publié le 23 février 2021
Beurre - Ingrédients - Mordu
Beurre - Ingrédients - MorduPHOTO : Radio-Canada

Des consommateurs dénoncent un changement de consistance du beurre, qui serait selon certains dû à l'ajout d'huile de palme dans l'alimentation des vaches, ce que dément des producteurs.

Aucune vache laitière au Canada ne reçoit de l’huile de palme à proprement parler. Ce sont des sous-produits riches en acide palmitique, l’un des acides gras les plus favorables pour la santé et la productivité des vaches, soutient Daniel Lefebvre, directeur général de Valacta, une entreprise spécialisée dans la production laitière au Québec.

Si l’huile de palme est interdite en Europe, elle est autorisée au Canada. « C’est permis dans la plupart des pays, fait remarquer Daniel Lefebvre. C’est un produit qui est approuvé par l’Agence canadienne d’inspection des aliments. »

On n’a pas de données, tempère Daniel Lefebvre qui détient un doctorat en nutrition et physiologie de la vache laitière de l’Université McGill. On suit la composition du lait de façon très serrée et on n’a pas vu de changement cette dernière année en termes de profil des acides gras, assure-t-il.

Le directeur général de Valacta ajoute que des fluctuations saisonnières existent, pouvant expliquer une différence de consistance dans le beurre : C’est connu depuis des décennies que le beurre d’été est plus mou parce que les vaches reçoivent de l’herbe fraîche.

La supplémentation lipidique dans l’alimentation des vaches se fait depuis des décennies, en particulier avec des produits dérivés de l’huile de palme depuis une dizaine d’années. Ça contribue à combler des besoins nutritifs quand la qualité des fourrages est déficiente et à augmenter la matière grasse du lait, indique Daniel Lefebvre.