•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 30 septembre 2020

Élections provinciales 2020  :  Un lent début de campagne

Élections provinciales 2020 : Un lent début de campagne

Publié le 30 septembre 2020
Les trois chefs de partis tiennent des conférences de presse à des endroits différents.
Sonia Furstenau, John Horgan et Andrew Wilkinson étaient tous les trois sur le terrain, jeudi.PHOTO : Radio-Canada

La campagne électorale a débuté tranquillement, voire mollement, en Colombie-Britannique. Nicolas Kenny, professeur d'histoire à l'Université Simon Fraser et observateur de la scène politique, revient sur cette première semaine assez terne qu'il qualifie de « période d'échauffement normal ».

Ça a laissé beaucoup de place pour discuter non pas des enjeux de l’élection, mais de la raison pour laquelle on était en campagne. Et ça je pense que cela a nui un peu au NPD. Les Libéraux et les Verts ont réussi à marquer des points contre le gouvernement sortant en répétant toujours cette attaque que Horgan n’a cherché finalement qu’à consolider son emprise sur le pouvoir en déclenchant des élections anticipées, explique Nicolas Kenny.

Pour l’observateur, c’est surtout l’opportunisme de John Horgan qui a alimenté les premiers jours de la campagne. Andrew Wilkinson a carrément remis en doute la crédibilité, l’honnêteté de Horgan, il a affirmé que le lien de confiance des Britannos-Colombiens avait été brisé. Même son de cloche du côté du Parti vert, précise Nicolas Kenny pour qui John Horgan n’a pas totalement réussi à convaincre du bien-fondé du déclenchement de ces élections.

Élections Colombie-Britannique 2020 : suivez notre couverture