•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 26 mai 2020

Inquiétude des enseignants de Vancouver au retour en classe

Retour en classe : des enseignants de Vancouver inquiets

Publié le 26 mai 2020
Des pupitres sont positionnés à deux mètres de distance l'un de l'autre.
Retour à l'école en temps de pandémiePHOTO : Gracieuseté : Commission scolaire René-Lévesque

Des enseignants inquiets pour leur santé se voient refuser leur demande d'accommodement pour continuer à travailler à distance. La Commission scolaire de Vancouver (Vancouver School Board) n'a toujours pas envoyé les détails aux familles concernant le plan santé et sécurité qui s'appliquera dans les écoles.

Comme partout ailleurs dans la province, les écoles de la Commission scolaire de Vancouver (VSB) se préparent à accueillir de nouveau en classe les élèves qui le désirent dès le 1er juin.

Toutefois, contrairement à d'autres commissions scolaires qui vont maintenir les cours en ligne pour donner le choix autant aux parents qu'aux enseignants, le VSB ne semble pas prêt à faire certaines concessions pour accommoder ses employés, soulève Jean-Michel Oblette, enseignant de 2e et 3e année en immersion française à l'école élémentaire Kerrisdale, de Vancouver.

« Je vais peut-être avoir à prendre un congé sans solde d’un mois, explique-t-il, pour protéger ma femme du risque d’attraper la maladie. »

Son établissement prévoit qu’il enseignera en présentiel deux jours par semaine et que le reste de la semaine, il continuera à assurer des cours en ligne pour les élèves encore à la maison.

Le coprésident du Comité solidarité et justice sociale de la Vancouver Elementary School Teachers Association est aussi perplexe quant à l’aménagement de sa classe pour respecter les mesures de distanciation physique.

Jean-Michel Oblette souligne qu’après sept semaines d’enseignement en ligne qui ont mis du temps à s’organiser, mais qui désormais fonctionnent, reprendre les cours en classe risque de s’accompagner d’une grande période d’adaptation à tout juste un mois de la fin de l’année scolaire.