•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mardi 20 avril 2021

Quelles sont les attentes de la FFCB par rapport au budget provincial?

Un budget fédéral encourageant pour les francophones

Publié le 20 avril 2021
Un homme et une femme masqués posent devant des drapeaux canadiens, avec chacun un document de plusieurs centaines de pages dans les mains.
Justin Trudeau et Chrystia Freeland posent lors de la journée de présentation du budget fédéral 2021-2022.PHOTO : La Presse canadienne / Justin Tang

« De façon générale, nous sommes satisfaits du premier budget de Mme Freeland. Les investissements pour les garderies, pour l'emploi, l'aide aux étudiants et aux aînés, c'est quelque chose de bien », estime la présidente de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique (FFCB), Padminée Chundunsing.

Après l’annonce du budget fédéral lundi par la ministre Chrystia Freeland, la présidente de la FFCB reste malgré tout prudente : « il faudra s’assurer que ce qui est dit soit fait. »

La FFCB compte bien garder un œil sur les précisions qui seront bientôt apportées. « On travaille de près avec la Fédération des communautés francophones et acadienne [FCFA] et en étroite collaboration avec le bureau de Mme Joly », souligne Padminée Chundunsing.

Pour le provincial, c’est la ministre des Finances Selina Robinson qui dévoile mardi le budget de la Colombie-Britannique.

En général, les budgets provinciaux ont beaucoup moins d’impact sur notre communauté, concède Padminée Chundunsing. Une grande partie de nos fonds sont couverts par le fédéral. Au-delà des 250 000 dollars alloués par Adrian Dix [aux organisations francophones de la Colombie-Britannique], on ne s’attend pas vraiment à grand-chose pour être honnête.

Pour autant, la présidente dit qu’elle portera une attention particulière aux investissements ordonnés par la Cour suprême suite au recours du Conseil scolaire francophone et de la Fédération des parents, ainsi qu’aux fonds alloués au secteur culturel.