•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Pause Planète, avec Hélène Lequitte

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 9 septembre 2021

Pause Planète, avec Hélène Lequitte

Réchauffement climatique : les vins de l'Okanagan face à une ère nouvelle

Des vignes près de Kelowna
Vignoble dans la vallée de l'OkanaganPHOTO : Radio-Canada / Mylène Briand
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 9 septembre 2021

Le climat change et le vin aussi. Vignerons et scientifiques constatent que le réchauffement climatique est propice à la création de nouvelles variétés. Cependant, il faudra varier les plaisirs, mais surtout les variétés de cépages afin de s'adapter au changement climatique comme l'explique notre chroniqueuse Hélène Lequitte.

Une nouvelle approche que préconisent des experts et des viticulteurs de la vallée de l'Okanagan, notamment, Penelope Roche, viticultrice depuis 20 ans, propriétaire du Domaine Roche Wines, à Penticton.

« Il y aura des problèmes c'est sûr, il y aura de la sécheresse, il y a des vignobles qui ont été plantés au mauvais endroit qui vont mourir, peut-être que c'est une sélection naturelle, après tout. Mais je pense qu'il va falloir s'adapter. Mais la bonne chose, dans le nord, vers Vernon, on ne pouvait pas faire pousser beaucoup de raisins rouges, peut-être que ça va changer. On espère que ça va se faire d'une façon équilibrée, ça va changer le fait d'où on peut faire pousser, et quoi ? »

— Une citation de  Penelope Roche, viticultrice au Domaine Roche Wines à Penticton

Il faudra planter non seulement des cépages adaptés au climat, mais aussi choisir judicieusement les bons endroits pour le faire estime Elizabeth Wolkowitch, professeur de sciences forestières et de conservation à l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) et co-auteure d'une étude sur le sujet.

Elle explique que si les températures devaient augmenter de plus de deux degrés, la moitié des régions viticoles mondiales actuelles seraient climatiquement inadaptées aux cépages actuels.