•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 13 mai 2021

L'installation "Yellow Objects" présentée au Firehall Arts Centre de Vancouver

yellow objects : en solidarité avec le mouvement prodémocratie de Hong Kong

Publié le 13 mai 2021
Une personne se tient devant des parapluies détruits.
yellow objects fait référence à un incident précis survenu en 2019, capté sur vidéo. On y voyait des policiers frapper à coups de pied un manifestant prodémocratie portant une veste jaune.PHOTO : Radio-Canada / Harold Dupuis

Le comédien et dramaturge vancouvérois Derek Chan voulait faire sa part pour soutenir le mouvement prodémocratie de Hong Kong en créant yellow objects, une installation dramaturgique présentée au Firehall Arts Centre.

Ce projet me permet de me rapprocher de chez moi, confie le Hongkongais d'origine, installé au Canada depuis une quinzaine d'années. Je sens que c'est mon devoir de prendre part à ce mouvement en utilisant mes compétences et ressources.

Il a donc transformé ce qui devait être une pièce de théâtre en installation dramaturgique afin de respecter les normes sanitaires en vigueur.

L’installation dramaturgique yellow objects est présentée en deux volets. Depuis quelques semaines, les personnes intéressées peuvent prendre part à trois aventures numériques interactives dans lesquelles on suit deux personnages fictifs.

L'installation yellow objects où l'on voit une vadrouille dans un sceau jaune.

L’installation yellow objects est présentée jusqu'au 22 mai dans la cour extérieure du Firehall Arts Centre.

Radio-Canada / Harold Dupuis

Tout d'abord, Sandra Wong, une Vancouvéroise qui, en 2051, doit rapporter les cendres de sa grand-mère dans un Hong Kong totalement contrôlé par le gouvernement chinois. Et puis, Uncle Chan dont l'histoire se déroule en 2019 pendant les manifestations qui ont eu lieu dans la région administrative spéciale.

Et depuis mardi, la suite de l'histoire est présentée au public sous forme d'installation par le biais de photos, vidéos, bandes audio et de divers objets. Aucun artiste n'est sur place pendant la représentation qui dure une trentaine de minutes.

yellow objects fait référence à un incident précis survenu en 2019, capté sur vidéo. On y voyait des policiers frapper à coups de pied un manifestant prodémocratie portant une veste jaune. Et plus tard, un porte-parole de la police de Honk Kong a insisté pour dire que les policiers frappaient simplement un objet jaune.

yellow objects est devenu très symbolique depuis, explique Derek Chan. C'est un titre que certains artistes d'origine hongkongaise donnent à leurs œuvres. C'est une façon pour nous de soutenir le mouvement prodémocratie, même à distance.

Derek Chan est bien conscient que d'apposer son vrai nom au projet comporte certains risques. Je ne pense pas pouvoir retourner à Hong Kong un jour, confie-t-il. Mais l'artiste est prêt à payer ce prix pour raconter cette histoire.

Une douzaine d'artistes impliqués dans le projet ont toutefois choisi de travailler sous le couvert de l'anonymat ou d'utiliser un pseudonyme.

L’installation yellow objects est présentée jusqu'au 22 mai dans la cour extérieure du Firehall Arts Centre. Le public doit acheter les billets à l’avance sur le site : firehallartscentre.ca (Nouvelle fenêtre)