•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Phare Ouest, ICI Première.
Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du mercredi 24 février 2021

Les exploitations agricoles urbaines ont du mal à survivre à Vancouver

Des agriculteurs urbains fuient la ville de Vancouver

Publié le 24 février 2021
Karen Ageson porte un t-shirt des Red Sox et sourit.
Karen Ageson, directrice de Vancouver Urban Farming SocietyPHOTO : Courtoisie : Thanushi Eagalle

La ville de Vancouver qui voulait accueillir 35 agriculteurs urbains avant 2020 a plutôt vu leur nombre passer de quinze à 9, en six ans.

Les agriculteurs urbains affirment que les réglementations sont trop strictes. Depuis 2016, ils ont besoin d’un permis commercial et naviguer la bureaucratie pour l’obtenir est extrêmement long et coûteux. Ce genre de contrainte n’existe pas dans les villes avoisinantes.

L’organisme Vancouver Urban Farming Society demande l’élimination du permis, ou qu’il soit adapté au secteur agricole. Il y a des gens à la Ville qui nous appuient, mais les départements des permis de construction et des réglementations de développement ne nous appuient pas, explique la directrice Karen Ageson.

La Ville avait promis de réviser la nouvelle réglementation en 2018, mais cette révision a été repoussée à cause des élections municipales. Des consultations devraient avoir lieu ce printemps et des amendements aux règlements pourraient être proposés d’ici la fin de l’année.