•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Les nations autochtones, ces "something else"

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du jeudi 12 novembre 2020

Les nations autochtones, ces "something else"

Les nations autochtones, ces "something else"

Joannie Gill à côté d'une fresque autochtone peinte sur un mur de la ville.
Joannie Gill, consultante culturelle pour UTAPI ConsultantsPHOTO : Radio-Canada / Alexandre Lamic
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 22 janvier 2021

Retour sur les élections américaines, pendant le dévoilement des résultats du scrutin sur CNN, alors qu'un tableau affichant les pourcentages de votes selon les groupes ethniques recensait de nombreuses communautés, sans inclure les Premières Nations dans une catégorie à part entière. « Ça a l'air qu'on est quelque chose d'autres! », s'exclame Joannie Gill, qui en profite pour en faire le point de départ de sa chronique De Nation à Nation d'aujourd'hui.

En se faisant catégoriser de nations qui n'existent pas, d'Autres, des groupes autochtones se sont mobilisés, et la façon de dénoncer la situation a été pour beaucoup d'en rire, explique Joannie Gill. Notamment dans les réseaux sociaux, où on voit souvent passer des Native Proud, mais là c'est rendu des Something Else Proud!

Avec toute notre histoire coloniale et les atrocités qui se sont passées notamment dans les écoles résidentielles, on est devenu des peuples très résilients...

Selon elle, cette maladresse dissimule une réalité beaucoup plus importante, qu'on oublie trop souvent : On est une multitude de Nations chez les peuples autochtones. On a une diversité culturelle au sein même des peuples autochtones.

« Lorsqu'on parle de cultures autochtones, n'oublions pas de les mettre au pluriel. On a des histoires communes, mais chaque communauté, chaque Nation a sa propre histoire aussi. »

—  Joannie Gill