•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Le visage de la francophonie change en Colombie-Britannique

Phare Ouest, ICI Première.
Rattrapage du vendredi 22 octobre 2021

Le visage de la francophonie change en Colombie-Britannique

Donner au suivant pour la prochaine génération

Pascale Mathurin porte de grosses lunettes à la monture transparente sous un afro bien coiffé.
Pascale Mathurin tient à son accent francophone et voudrait devenir un modèle pour la plus jeune génération d'immigrants interprovinciaux.PHOTO : Gracieuseté : Pascale Mathurin
Phare Ouest, ICI Première.
Phare OuestPublié le 25 octobre 2021

Après plusieurs années en Alberta, Pascale Mathurin a pris ses valises et s'est installée à Kelowna, en 2020, pour le travail.

Juste rouler pour me rendre là, je trouvais ça tellement beau que je me suis dit: je vais prendre la job coûte que coûte, s’exclame l’ingénieure.

Ce qui fait que Pascale Mathurin se considère Britanno-Colombienne ; c'est de pouvoir profiter du plein air tout au long de l’année, de faire du ski dans des températures agréables, et d’aller à la plage au bord du lac Okanagan.

Fière de ses origines haïtiennes et québécoises, elle croit en une langue française forte et tient à son accent francophone. Je veux pas qu’il parte, je vais pas me forcer pour prononcer les mots comme il faut [en anglais] parce que j’aime la langue française et j’aime qu’on l’entende, qu’on puisse dire tout de suite quand je parle anglais “ Tu viens de où ? ”, ça ne me dérange pas, j’aime ça, rigole Pascale Mathurin.

Pascale Mathurin debout sur une planche à pagaie.

Pascale Mathurin aime profiter du lac Okanagan et de ses plages en été ainsi que des montagnes en hiver pour skier.

Gracieuseté : Pascale Mathurin

Elle aimerait pouvoir partager avec la nouvelle génération à la fois sa passion de la langue française, son expérience de travail et la réalité de quitter une province francophone pour s’établir dans un milieu complètement anglophone.

La Colombie-Britannique pour Pascale Mathurin, c’est la nature, mais aussi un milieu urbain actif où se marient les terres agricoles et les fermes, le lac et les montagnes de la région de l’Okanagan et des environs.