•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Pénélope, ICI Première.
Pénélope, ICI Première.
Rattrapage du 20 mai 2020 : Révélations Radio-Canada et bande des 4

La catastrophe et ses opportunités : Discussion

Savoir saisir des occasions quand tout va mal

Publié le 20 mai 2020
Illustration d'une foule de personnes jeunes, âgées, issues de la diversité, hommes et femmes.
Une foulePHOTO : iStock

Nous faire réaliser qu'il peut y avoir du positif dans le négatif, c'est le mandat confié à Rachida Azdouz, Camil Bouchard et Daniel Weinstock. La penseuse et les deux penseurs démontrent que le changement est possible lors de catastrophes et de moments difficiles, comme la pandémie de COVID-19 que nous sommes en train de vivre, mais à certaines conditions.

Au micro :

– Camil Bouchard, psychologue et professeur retraité de l'Université du Québec à Montréal
– Rachida Azdouz, psychologue spécialisée en relations interculturelles à l'Université de Montréal et essayiste
– Daniel Weinstock, professeur à la Faculté de droit et directeur de l'Institut de recherche sur les politiques sociales et de santé de l'Université McGill

« Quand on sortira un jour de cette crise, la tentation sera très forte de revenir exactement là où l'on en était lorsque la crise a démarré et d’oublier toutes les belles promesses et idées qu’on a développées pendant la crise. Notre responsabilité en tant que penseur et universitaire sera de rappeler que nous les avons eues. »

—  Daniel Weinstock

Daniel Weinstock explique que le défi n’est pas tant d’avoir de nouvelles idées, car celles-ci foisonnent en temps de crise, mais de les mettre en œuvre une fois la crise passée.

Rachida Azdouz insiste sur l’importance d'établir la différence entre s’adapter, comme ce que nous faisons en ce moment avec la crise entourant la COVID-19, parce que nous n’avons pas le choix, et se transformer, qui nécessite une introspection et un travail, individuel ou collectif.

Elle ajoute que le retour de la gratitude est selon elle une des pistes à privilégier pour voir le meilleur dans les pires périodes.

Camil Bouchard est pour sa part déjà convaincu que le changement est possible, car il fait remarquer qu'avec le confinement, le télétravail et l'école à distance, nous avons déjà vécu ce qui était pourtant impensable il y a quelques mois.

« Nous allons avancer comme société si nous continuons à noter les changements qui s’opèrent sous nos yeux, leurs effets positifs ou négatifs, et si nous continuons à en débattre, à en discuter. »

—  Camil Bouchard

Camil Bouchard explique que nous apprenons beaucoup comme société et comme individu par l'observation des conséquences de nos comportements. « Je pense que la crise est un moment essentiel, voire privilégié pour le faire, à la condition cependant que nous mettions nos observations sur la table et que nous en débattions », ajoute-t-il.