•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Les passionnés obsessifs du travail : Table ronde

Le titre Pénélope affiché en triple sur un fond neutre.
Rattrapage du 11 mars 2020 : Bande des 4 et Éduc’alcool de la porno

Les passionnés obsessifs du travail : Table ronde

Quand la passion de son travail mène à l’épuisement

Une femme d'affaire est zen, même si elle doit jumeler avec toutes les sphères de sa vie en même temps, parce qu'elle est passionnée par ce qu'elle fait.
Savoir trouver l'équilibre au travailPHOTO : iStock
Le titre Pénélope affiché en triple sur un fond neutre.
PénélopePublié le 11 mars 2020

Faire de sa passion son travail, jusqu'à l'obsession puis l'épuisement, c'est ce qui est arrivé à Marie-Gabrielle Ménard, ancienne danseuse professionnelle, et à Jennifer Fafard-Marconi, avocate. La volonté de conjuguer entrepreneuriat et danse pour s'assurer d'avoir du travail pour l'une et le désir de sauver le monde jusqu'à s'oublier pour l'autre les ont toutes deux menées à l'épuisement professionnel. Le psychologue Jacques Forest donne des conseils pour s'en prémunir.

« Ma passion a contribué à ma résistance à l’épuisement. [...] Quand on est passionné, on se définit beaucoup par notre travail, et c’est là le danger. »

— Une citation de  Jennifer Fafard-Marconi

Le psychologue Jacques Forest indique les trois grands critères de la passion : aimer ce que l'on fait, investir du temps et de l'énergie de manière significative et s'identifier à l'activité. Il souligne qu'il existe deux types de passion : harmonieuse et obsessive, et que c'est la deuxième qui peut poser problème.