•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

En rappel - Francine Grimaldi rêve encore à la scène

Francine Grimaldi sourit, assise sur un fauteuil en rotin.
Francine Grimaldi en 1979.PHOTO : Radio-Canada / Jean-Pierre Karsenty
Pénélope McQuade anime Pénélope.
PénélopePublié le 5 août 2022

Francine Grimaldi a été une infatigable curieuse. Les 42 ans de sa carrière médiatique, elle les a consacrés à tout voir et à tout entendre ce qui se faisait en culture. « Quand je dormais quatre heures, je me disais que j'avais fait une bonne nuit. C'est sans limites, la vadrouille. C'est tellement enrichissant que tu as envie de partager tout ça. »

Une journée normale dans la vie de la vadrouilleuse Grimaldi épuiserait même la personne la plus hardie.

Dans ses plus belles années, la chroniqueuse participait à l’émission radiophonique du petit matin, faisait ses entrevues ensuite, était de l’émission d’après-midi et assistait à des spectacles en soirée. Et tout ça recommençait le lendemain.

Retraitée d'ICI Radio-Canada Première depuis juin 2019, la vadrouilleuse n’a pas pour autant assouvi son immense appétit pour les œuvres des créateurs d’ici.

En entrevue avec Isabelle Craig, elle raconte certaines périodes de sa vie bien remplie.

Pratiquement née sur scène

« La scène a été mon école. J’ai tout joué, de la jeune première à la waitress sexy  en passant par la mère de famille. Je ne pensais pas être autre chose que comédienne. »

Elle parle de l’époque où son père, Jean Grimaldi était une sommité du théâtre québécois.

Elle se souvient de Michel Louvain qui ne partait jamais en tournée sans son tourne-disque et sa boîte d'albums.

Avec son copain Joël

Puis, elle parle de ses premiers pas, en 1979, au sein de l’équipe de Joël Le Bigot, qui vient lui aussi d’éteindre son micro pour de bon.

« Il venait du milieu scientifique et de la télévision, dit-elle au sujet du célèbre animateur. Je me disais que jamais il ne pourrait animer l’émission du matin, mais il demeure que j’ai une admiration sans bornes pour Joël. Avec Lise Payette, c’était les deux au top du top. »