•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Donatella Rovera, la tenace enquêtrice de crimes de guerre

Devant une maison en ruines, un homme près de Donatella Rovera pointe son doigt devant lui.
Donatella Rovera en PalestinePHOTO : Getty Images / OLIVIER LABAN-MATTEI
Le titre Pénélope affiché en triple sur un fond neutre.
PénélopePublié le 30 juin 2022

Depuis 30 ans, Donatella Rovera enquête sur les situations de crise et de conflit; elle travaille pour Amnistie internationale depuis 20 ans. Elle se trouve actuellement en Ukraine pour enquêter sur de possibles crimes de guerre.

« Je suis en train d’enquêter sur des frappes avec des bombes à sous-munitions », dit-elle, précisant que le droit international interdit ces bombes. Elle recueille des témoignages et les vérifier. Mais elle ne peut garantir aucun succès.

« Les poursuites pour crimes de guerre prennent beaucoup de temps. […] Le problème, c’est que souvent, les coupables dans toutes les chaînes de commandement [...] sont à l’abri des poursuites judiciaires. »

— Une citation de  Donatella Rovera, enquêtrice de crimes de guerre

Même si Donatella Rovera a vécu la même chose dans d’autres conflits, elle fait ce travail parce qu’elle y croit : « Je pense qu’il est très important de faire ce qu’il est possible, et donc de documenter les preuves le plus tôt possible avant que les preuves matérielles disparaissent, avant que les mémoires oublient un peu les détails », affirme-t-elle.