•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation : Discussion

Pénélope McQuade anime Pénélope.
Rattrapage du jeudi 30 sept. 2021 : Réconciliation, Biz, et Bob Hartley

Première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation : Discussion

Comment trois Autochtones voient la réconciliation

Collage du portrait des trois personnes.
Alexis Wawanoloath, Édith Cloutier et Robert Falcon-OuellettePHOTO : Radio-Canada / Dominic Tardif/Julie Marceau/Patrick Foucault
Pénélope McQuade anime Pénélope.
PénélopePublié le 30 septembre 2021

« La réconciliation, c'est l'objectif à atteindre, mais est-ce qu'on est rendu là? Est-ce qu'on ne devrait pas plutôt parler de réparation, de restitution? [...] Quand j'entends le mot "réconciliation", c'est comme si le colonialisme était quelque chose du passé », affirme Alexis Wawanoloath, avocat et membre de la Première Nation des Abénakis. À l'occasion de la première Journée nationale de la vérité et de la réconciliation, il discute de réconciliation avec Édith Cloutier, directrice générale du Centre d'amitié autochtone de Val-d'Or et membre de la Première Nation anichinabée, et Robert-Falcon Ouellette, ancien député fédéral et membre de la Première Nation crie Red Pheasant.

Alexis Wawanoloath, Édith Cloutier et Robert-Falcon Ouellette racontent comment ils vivent ce jour férié consacré aux victimes des pensionnats pour Autochtones du Canada.

« C’est un moment de réflexion et de recueillement. Je pense à toutes les personnes que je connais qui ont été dans les pensionnats. »

— Une citation de  Alexis Wawanoloath

Le trio explique ensuite comment parvenir à la réconciliation. Alexis Wawanoloath explique pourquoi elle doit passer, selon lui, par la décolonisation et la réparation. Pour Robert-Falcon Ouellette, l'abolition de la Loi sur les Indiens est nécessaire. Les deux hommes imaginent aussi une autre gouvernance des peuples autochtones.

Édith Cloutier termine en mentionnant comment les Allochtones peuvent prendre part à la réconciliation.