•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Pénélope, ICI Première.
Pénélope, ICI Première.
Rattrapage du 16 févr. 2021 : Aide médicale à mourir anticipée, et la 1000e émission d’Aujourd’hui l’histoire

Entrevue avec Sandra Demontigny : L'accès à l'aide médicale à mourir anticipée

Atteinte d’alzheimer à 41 ans, Sandra Demontigny milite pour le consentement anticipé de l’aide médicale à mourir

Publié le 16 février 2021
Portrait.
Sandra DemontignyPHOTO : Page Facebook de Sandra Demontigny

Sandra Demontigny a reçu son diagnostic de la maladie d'Alzheimer à 39 ans. La mère de famille de Lévis souffre de la même forme précoce et héréditaire qui a emporté son père à 53 ans. Elle raconte à Pénélope McQuade le combat qu'elle mène depuis pour pouvoir demander l'aide médicale à mourir de façon anticipée. « Ça changerait une tranquillité d'esprit et d'âme. En ce moment, je me sens en résistance à l'idée de terminer mes jours complètement déconnectée et sans aucune dignité. Je suis en train de préparer une alternative pour aller mourir en Suisse », indique-t-elle.

Sandra Demontigny explique qu’elle a lancé sur Change.org une pétition intitulée « Accès à l'aide médicale anticipée pour les gens atteints de maladies neurodégénératives », alors que le Sénat examine le projet de loi qui élargit l'aide médicale à mourir.

« Je sais ce que je veux pour ma fin de vie et je ne changerai jamais d’avis. [...] En 2021, je pense qu'on est rendus là, de pouvoir donner accès à une fin de vie digne aux gens atteints de la maladie d’Alzheimer et d’autres maladies neurodégénératives. »

—  Sandra Demontigny