•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Pénélope, ICI Première.
Pénélope, ICI Première.
Rattrapage du 8 févr. 2021 : Histoire d’une survivante ouïgoure, entrevue avec Kathy Baig, et soins à domicile

Entrevue avec la journaliste Rozenn Morgat : Le livre Rescapée du goulag chinois

Le rare témoignage d’une survivante ouïgoure raconté dans un livre

Publié le 8 février 2021
Gulbahar Haitiwaji paraît en page couverture de l'ouvrage.
Le livre « Rescapée du goulag chinois » de Gulbahar Haitiwaji et Rozenn Morgat paraîtra le 16 février au Canada aux Éditions des Équateurs.PHOTO : Éditions des Équateurs

Gulbahar Haitiwaji a été détenue près de trois ans dans un camp de rééducation au Xinjiang, en Chine. Elle s'était pourtant exilée en France avec ses deux filles et son mari tout juste avant que la répression des Ouïgours, cette minorité musulmane turcophone, s'intensifie en Chine. Mais une dizaine d'années plus tard, un piège lui a été tendu : elle a dû retourner dans son pays d'origine pour soi-disant signer des papiers de retraite auprès de son ancien employeur. La journaliste du Figaro Rozenn Morgat a recueilli son témoignage pour raconter son histoire.

Au moment de son arrestation, une photo de sa fille agitant un petit drapeau ouïgour lors d'une manifestation parisienne a été retrouvée dans ses effets personnels. La mère de famille a été arrêtée pour terrorisme.

« Cette photo [n’était] qu’un prétexte pour l’enfermer, car elle est Ouïgoure. »

—  Rozenn Morgat, journaliste au Figaro

Rozenn Morgat fait état dans son ouvrage du lavage de cerveau dont sont victimes les milliers de Ouïgours injustement internés dans les camps de rééducation en Chine.

La Chine parle de déradicalisation. Elle considère les Ouïgours comme des extrémistes. Il n’est pas question de vous tuer très vite et très fort, il est plutôt question de vous faire disparaître lentement, mentionne la spécialiste des questions ouïgoures.