•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Entrevue avec Jean-Marc Gancille : Carnage, pour en finir avec l’anthropocentrisme

Pénélope McQuade anime Pénélope.
Rattrapage du 19 oct. 2020 : Racisme antiasiatique, anthropocentrisme et les vieux contre-attaquent

Entrevue avec Jean-Marc Gancille : Carnage, pour en finir avec l’anthropocentrisme

Carnage : une exploration du rapport destructeur de l'homme à l'animal

La couverture du livre Carnage : pour en finir avec l’anthropocentrisme sur laquelle est dessinée une vingtaine d'espèces animales (éléphant, baleine, ours, vache, tortue, lion, sanglier, poule).
Le livre "Carnage", de Jean-Marc GancilePHOTO : Éditions Rue de l'échiquier
Pénélope McQuade anime Pénélope.
PénélopePublié le 19 octobre 2020

« La vie de l'animal nous importe finalement assez peu. On l'utilise pour notre usage exclusif et pour nos besoins, indépendamment des souffrances qu'il peut endurer du fait de cette exploitation », déplore Jean-Marc Gancile, auteur de l'essai Carnage : pour en finir avec l'anthropocentrisme (Éditions Rue de l'échiquier). Commerce des animaux sauvages, élevage intensif, surpêche, rituels et sacrifices divins, exploitation des animaux à des fins scientifiques ou militaires, Jean-Marc Gancile raconte la violence que les êtres humains ont fait et font toujours subir aux animaux, pour mieux la dénoncer et réclamer qu'on y mette fin.

« Au fil de [mon] parcours m’est venue cette conscience, au-delà de l’écologie, d’un rapport qui était très toxique avec les autres vivants, les animaux en l'occurrence. [...] J’ai souhaité m’engager résolument pour essayer de sortir de cette façon que nous avons systématiquement de les exploiter, et pour des raisons qui ne sont plus valables à mes yeux aujourd’hui. »

—  Jean-Marc Gancile