•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Pénélope, ICI Première.
Pénélope, ICI Première.
Rattrapage du 31 janv. 2020 : Vincent Graton et son fils, et le Super Bowl

L'exposition : Errance sans retour présentée au MNBAQ

Errance sans retour : immersion dans le quotidien des réfugiés rohingyas

Publié le 31 janvier 2020
Photo d'une femme assise par terre, une larme coule sur sa joue.
Une réfugiée rohingya photographiée par Philippe Renaud.PHOTO : Renaud Philippe

Errance sans retour est une expérience immersive présentée au Musée national des beaux-arts du Québec qui nous transporte dans le camp de Kutupalong, au Bangladesh. Ce camp, le plus grand de personnes réfugiées de toute la planète, accueille des Rohingyas, un peuple persécuté au Myanmar. L'exposition est le fruit du travail des documentaristes Olivier Higgins et Mélanie Carrier, du photographe Renaud Philippe et de la sculptrice Karine Giboulo. Tous et toutes ont vu leur vie fortement ébranlée par le sort tragique de ce peuple martyr.

Renaud Philippe raconte qu'il s'est rendu deux fois dans le camp de Kutupalong. Olivier Higgins, qui l'a accompagné la seconde fois, explique à quel point il a été touché par ce qu'il a vécu sur place. « Ç'a été difficile à vivre », dit-il.

« Après trois jours là-bas et une dizaine de témoignages, j'étais complètement abasourdi par l'horreur. On entend des histoires, mais quand ça vient de la bouche des gens qui l'ont vécue.. Je ne pensais pas que l'humain pouvait infliger autant d'horreur à ses semblables. »

—  Renaud Philippe, photographe

« On revient avec des cicatrices, mais elles deviennent le moteur de notre travail. On se dit qu'on a une grande responsabilité. Quand les gens nous ouvrent leur porte, on leur fait la promesse que leur histoire va être entendue. »

—  Renaud Philippe, photographe

Mélanie Carrier décrit ensuite la conception et le déroulement de l'exposition, qui est présentée dans les anciennes cellules de prison occupées par le Musée national des beaux-arts du Québec.

Références :