•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Pénélope, ICI Première.
Pénélope, ICI Première.
Audio fil du mercredi 4 septembre 2019

Entrevue avec Alanis Obomsawin

Alanis Obomsawin, l’inépuisable défenseuse des peuples autochtones

Publié le 4 septembre 2019
Photo d'Alanis Obomsawin devant un micro de radio.
La cinéaste Alanis ObomsawinPHOTO : Radio-Canada / Coralie Mensa

Alanis Obomsawin raconte que l'art lui a sauvé la vie. Elle s'en est servi à son tour pour changer celle des autres. Avec son dernier documentaire, Jordan River Anderson : le messager, elle clôt un cycle consacré aux droits des enfants et des peuples autochtones.

« L’art est un cadeau, ça donne une force. Grâce à mon travail, je n’ai pas peur de la peur. »

—  Alanis Obomsawin

La cinéaste abénaquise parle avec une grande émotion de la place des enfants dans son cinéma. Elle se souvient des brimades qu’elle recevait quand elle était jeune parce qu’elle était Autochtone. « Moi-même je connais ce que ça veut dire de se faire invisible ou de se faire dire que tu ne feras jamais rien dans la vie [...] ou qu’il n’y a pas de place pour toi. »

« Les gens me disent souvent : pourquoi est-ce que tu te dévoues pour les enfants, tu t’es fait battre par des enfants. Oui, c’est vrai. Mais je sais que ça ne venait pas d’eux, ça vient des adultes qu’ils entendent parler à la maison. Un enfant ne naît pas avec des préjugés. »

—  Alanis Obomsawin

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le cinéma n’est pas l’outil de changement privilégié d’Alanis Obomsawin : c'est la voix.

« Avant de commencer à tourner, je passe beaucoup de temps à écouter les personnes qui vont être dans le film. Juste leur voix, entendre ce qu’ils pensent, [les écouter] me raconter leur vie. Je fais très attention, j’ai beaucoup de respect pour la voix. [...] C’est là que les émotions sortent. »

—  Alanis Obomsawin

Le documentaire Jordan River Anderson : le messager sera présenté en première mondiale au Festival international du film de Toronto (TIFF) le 10 septembre, puis les 12 et 14. Il devrait sortir en salle cet automne.