•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Pénélope, ICI Première.
Pénélope, ICI Première.
Rattrapage du 29 sept. 2020 : Anne-Marie Dussault et Marc Laurendeau, diplomatie des pandas, et le trio santé

Denis Fortier : 5 choses à éviter en présence de douleur au bas du dos

5 choses à éviter en cas de douleur au bas du dos

Publié le 29 septembre 2020
Un monsieur fait traiter ces maux de dos par un médecin.
Les maux de dos sont l’une de principales causes d’invalidité dans le monde. PHOTO : iStock / gilaxia

Si des gestes simples peuvent aider à soulager la douleur dans le bas du dos, il y a aussi des choses à éviter pour ne pas la déclencher ou l'aggraver. Notre collaborateur physiothérapeute Denis Fortier donne cinq trucs à ne pas faire en cas de maux de dos.

Ce qu'il ne faut pas faire avec une douleur au dos selon Denis Fortier :

  1. Mettre toutes les douleurs au dos dans le même panier : Denis Fortier souligne qu'il est important d’apprendre à différencier les facteurs et les éléments déclencheurs de la douleur pour mieux cibler une solution.

  2. Croire à l’utilité systématique des rayons X : il est faux de penser qu’il faut passer un test d’imagerie médicale chaque fois qu'un mal de dos survient. Denis Fortier déclare que réaliser ce genre d’examen peut parfois donner de fausses pistes.

  3. Effectuer la manœuvre de Valsalva : le physiothérapeute conseille de ne jamais bloquer la respiration, sous aucun prétexte, au moment de bouger, puisque le mal de dos peut augmenter.

  4. S’immobiliser : ce geste est l’une des erreurs les plus fréquentes des personnes qui souffrent de maux de dos. Denis Fortier recommande aux gens de faire des mouvements lents pour retrouver leur mobilité.

  5. Voir le dos comme un bloc : il est important de bouger chacune des vertèbres du bas du dos pour enlever la raideur.

La vidéo dont parle Denis Fortier dans sa chronique :