•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Nicolas Chevrier : L'épuisement professionnel

Le titre Pénélope affiché en triple sur un fond neutre.

Savoir reconnaître un épuisement professionnel

Illustration d'une femme couchée sur son bureau qui lève un drapeau avec un bonhomme triste.
Une femme victime d'épuisement professionnelPHOTO : iStock
Le titre Pénélope affiché en triple sur un fond neutre.
PénélopePublié le 1 septembre 2020

Épuisement total, cynisme et baisse du sentiment d'accomplissement personnel dans le travail sont les trois manifestations importantes de l'épuisement professionnel que décrit le psychologue Nicolas Chevrier. Il souligne que ce n'est pas parce qu'on est en télétravail qu'on est moins à risque d'épuisement professionnel et explique comment celui-ci se développe. « C'est ensuite que ça peut se généraliser vers une dépression si l'épuisement professionnel n'est pas traité », prévient le psychologue.

Nicolas Chevrier explique que l’épuisement professionnel se définit comme un syndrome de détresse psychologique intense lié au travail. Il souligne que le diagnostic officiel reconnu par les médecins est un trouble de l’adaptation avec humeur anxieuse ou dépressive.

« L’épuisement professionnel se développe parce qu’on a de la difficulté à s’adapter ou à se débarrasser du stress chronique qui s’est installé dans notre quotidien. »

— Une citation de  Nicolas Chevrier, psychologue, Services psychologiques Séquoia

Comment savoir si je souffre d’épuisement professionnel? Les symptômes à surveiller :

– Je pleure au travail.
– J’ai souvent la larme à l’œil, je suis plus sensible.
– Je me fâche facilement.
– Je suis plus susceptible.
– J’oublie des choses.
– J’ai de la difficulté à maintenir mon attention.
– Je m’isole de mes collègues de travail.
– Je consomme plus qu’à l’habitude (alcool, cannabis, nourriture, jeux vidéo...).