•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Pénélope, ICI Première.
Pénélope, ICI Première.
Rattrapage du 28 janv. 2020 : Brigitte Haentjens et Briser le code

Chronique sexualité avec Marion Bertrand-Huot et François Renaud

Quand la monogamie devient toxique

Publié le 28 janvier 2020
Un homme assis sur un banc fait mine de tenir l'épaule d'une personne imaginaire.
Un homme seulPHOTO : iStock

Si la monogamie n'est pas toxique en elle-même, les attentes qui sont associées à ce modèle dominant de relation amoureuse peuvent l'être. Notre chroniqueuse sexologue Marion Bertrand-Huot s'attarde sur trois croyances, souvent erronées, qui sont profondément inscrites dans nos scripts relationnels monogames et qui peuvent nous nuire.

Les trois attentes, souvent irréalistes, associées à la monogamie :

  • Le couple fusionnel au sein duquel le ou la partenaire doit répondre à tous les besoins de l’autre
  • Le ou la partenaire comme seule grande priorité de vie
  • La jalousie comme symbole de l’amour

Notre chroniqueur sexologue et psychothérapeute François Renaud parle quant à lui du poids des différences culturelles dans le couple et dans la sexualité.