•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

La couverture de Charlie Hebdo sur la FIFA fait polémique

Pas tous en même temps, ICI Première.
Audio fil du dimanche 16 juin 2019

La couverture de Charlie Hebdo sur la FIFA fait polémique

Des caricatures qui provoquent et qui choquent

On voit un ballon de soccer qui remplace le clitoris de la femme, dans un dessin.
La caricature de Charlie Hebdo sur le soccer féminin a fait les manchettes.PHOTO : Charlie Hedbo
Pas tous en même temps, ICI Première.
Pas tous en même tempsPublié le 16 juin 2019

La caricature de Charlie Hebdo sur la Coupe du monde féminine de soccer est loin de faire l'unanimité. À la lumière de cette controverse et de plusieurs autres qui ont été provoquées par d'autres caricatures, notre équipe se demande si tout cela va tuer la caricature.

La une de Charlie Hebdo est loin de faire consensus. Meeker Guerrier ne l’a pas appréciée; Thomas Leblanc croit que l'équipe du journal hebdomadaire s'est moquée du sexisme. Melissa Mollen Dupuis, de son côté, n’y voit qu’une réduction des femmes à leur clitoris.

« Le deuxième niveau, ils sont allés le chercher loin. […] C’est une caricature ratée. »

—  Melissa Mollen Dupuis

Karyne Lefebvre ajoute qu’on célébrait le bicentenaire de Gustave Courbet le 10 juin dernier. Ce peintre est derrière le tableau L’origine du monde dont semble s’inspirer la caricature de Charlie Hebdo.

« À un moment donné, quand tu es obligé de faire 10 recherches pour comprendre la satire... »

—  Meeker Guerrier
Un employé transporte le tableau L'origine du monde

Le tableau « L'origine du monde »

AFP / SEBASTIEN BOZON

Une croix sur les caricatures

Par ailleurs, le New York Times a décidé de ne plus publier de caricatures politiques dans son édition internationale après une controverse. Pourquoi ne plus accepter de dessins à tendance politique, alors qu’on trouve de nombreuses images anonymes et caricaturales sur les réseaux sociaux? C’est la question que se posent nos chroniqueurs.

« C’est quand même terrible d’être dans une société qui ne veut plus choquer. [...] On enlève un rôle important à l’humour », constate Patrick Senécal.

Noémi Mercier et Thomas Leblanc croient qu’on doit garantir non seulement le droit de faire des caricatures, mais aussi celui de les critiquer.