•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Votre destination audio, maintenant aussi sur le web !

Début du contenu

Entrevue avec Patrice Roy

Parasol et gobelets, ICI Première.
Audio fil du samedi 18 mai 2019

Entrevue avec Patrice Roy

L’optimisme de Patrice Roy quant à l’avenir des médias

L'homme en entrevue à la radio.
Patrice RoyPHOTO : Radio-Canada / Olivier Lalande
Parasol et gobelets, ICI Première.
Parasol et gobeletsPublié le 22 mai 2019

Fausses nouvelles, manque d'objectivité, financement des médias : le métier de journaliste est mis à mal. Malgré tout, l'animateur du Téléjournal Grand Montréal 18 h, Patrice Roy, pense que l'avenir est loin d'être sombre.

« Notre rôle est encore plus crucial avec les gens qui sont abreuvés de fausses nouvelles. [...] Ce métier est loin d’être mort. Vous allez l’exercer différemment, vous allez envoyer vos trucs sur différentes plateformes, ce n’est pas grave, c’est de la quincaillerie. Quelqu’un qui vérifie, qui raconte une histoire, ça va rester pour longtemps. »

—  Patrice Roy

L’animateur rappelle quand même qu’à 18 h, entre Pierre Bruneau et lui, ils dépassent le million d’auditeurs. Ce qui veut dire que les gens regardent encore les nouvelles à la télévision.

Des tics repris au

Patrice Roy ne se regarde pas à la télévision. Il avoue très bien savoir quand il a été mauvais ou pas si mal. « Quand il y a des tics que je peux développer, les gens de l’équipe vont me le dire », soutient-il.

D’ailleurs, il a pris note, lors du dernier débat des chefs, de ne pas trop bouger les mains et de tenir un stylo pour les occuper. Patrice L'Écuyer a joyeusement repris ses gestes dans le Bye bye. Pierre Brassard en profite pour se replonger dans le rôle de Pierre Bruneau.