•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Policiers dans les écoles : « ce programme doit être revu »

Panorama, Émission, Première avec Grégory Bernard
Rattrapage du mardi 29 novembre 2022

Policiers dans les écoles : « ce programme doit être revu »

Entrevue avec Moussa Magassa : le retour de la police dans les écoles

L'édifice qui abrite les bureaux de la Commission scolaire de Vancouver (VSB)
L'édifice qui abrite les bureaux de la Commission scolaire de Vancouver (VSB).PHOTO : Radio-Canada
Panorama, Émission, Première avec Grégory Bernard
PanoramaPublié le 30 novembre 2022

Les agents de police feront leur retour dans les écoles secondaires de la Commission scolaire de Vancouver. Les nouveaux conseillers élus de la ville ont en effet voté lundi à cinq voix contre quatre pour rétablir le programme d'agents de liaison qui avait été aboli en 2021 après près de cinquante ans d'existence. Moussa Magassa, éducateur en droits de la personne et en résolution des conflits interculturels, spécialiste des questions de justice sociale, d'inclusion et de diversité, revient sur la pertinence du rétablissement de ce programme.

« Ce programme doit être revu afin que toutes les communautés aient la chance de donner leurs opinions. Quand le programme a été éliminé, il y avait des raisons. Est-ce que les questions et les problèmes que les gens avaient envers ce programme ont disparu », s’interroge Moussa Magassa qui rappelle que les enfants racisés ne se sentaient ni à l'aise, ni protégés par ces agents de liaison dans les écoles.

Selon l’éducateur en droits de la personne et en résolution des conflits interculturels, il faut s’assurer que les policiers aient tous été formés adéquatement pour contrer les biais conscients ou inconscients avant de penser à rétablir ce genre de programme.

« L’Inclusion, ce n'est pas à la police, ni au maire de Vancouver de décider ce que c’est. L'inclusion, il faut en parler tous ensemble », précise Moussa Magassa qui insiste sur le besoin de dialogue entre toutes les parties prenantes.