•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Démission silencieuse : la guerre aux autres tâches connexes

Une femme réagit le pouce en l'air devant l'écran d'ordinateur sur lequel apparaissent ses collègues de travail.
La pandémie a fait dégringoler l'indice de bonheur chez les travailleurs.PHOTO : getty images/istockphoto / nensuria
Publié le 27 août 2022

La démission silencieuse, communément appelée quiet quitting en anglais, est un phénomène récent qui consiste à répondre aux exigences minimales de son emploi sans en faire plus. Plus fréquemment pratiquée par les millénariaux, cette stratégie a pour but d'éviter l'épuisement professionnel et de retrouver un équilibre plus sain, comme le précise Joëlle Carpentier, professeure au département d'organisation et de ressources humaines de l'Université du Québec à Montréal.

« Pour moi ça démontre un malaise au travail, une recherche d’équilibre entre famille-travail. On peut aussi l’attribuer à la perception intergénérationnelle. Ce que les millénariaux ont vécu avec leurs parents et cherchent à rejeter. »

Joëlle Carpentier admet que cette stratégie pourrait être perçue comme de la paresse. Pourtant, elle se résume à effectuer toutes les tâches définies dans le contrat d’embauche, alors techniquement, on ne peut rien reprocher à la personne. Ce phénomène peut toutefois avoir des conséquences profondes, alors une réflexion est importante avant de s’en prémunir.

« Si une personne décide d’utiliser cette stratégie parce que sa famille est au coeur de ses valeurs et que ce serait un outil pour ce qui est réellement important pour elle, on a un type de motivation. Si on a un autre type de motivation plus en opposition, ou pour démontrer que personne ne va me contrôler ou si on est désengagé au travail, et bien les conséquences ne seront pas les mêmes autant pour la personne qu’en milieu de travail. »

Recommandé pour vous

Consultez notre Politique de confidentialité. (Nouvelle fenêtre)
Ces contenus pourraient vous intéresser