•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

L'immigration francophone pour pallier le recul du français

Panorama, Émission, Première avec Grégory Bernard
Rattrapage du jeudi 18 août 2022

L'immigration francophone pour pallier le recul du français

Bien accueillir les immigrants francophones pour assurer la rétention

Des personnes sont assises et tiennent dans leurs mains un drapeau canadien.
Le Canada n’a jamais atteint sa cible de 4,4 % de nouveaux arrivants francophones hors Québec, une cible établie depuis 2003.PHOTO : Reuters / Mark Blinch
Panorama, Émission, Première avec Grégory Bernard
PanoramaPublié le 19 août 2022

À l'exception du Yukon et de la Colombie-Britannique, le français est en déclin au pays, selon les données de Statistique Canada. Une des raisons évoquées pour expliquer ce recul est l'impossibilité d'atteindre les cibles de 4,4% d'immigrations francophones hors Québec. Lors de foire à l'étranger, le bilinguisme au Canada est prôné, mais les nouveaux arrivants francophones constatent une tout autre réalité, comme l'affirme Gilles Verret, directeur général de la coopérative d'immigration francophone de la Colombie-Britannique Le Relais.

« C’est un défi pour certains de nos immigrants francophones arrivés en Colombie-Britannique, pensant que le Canada est officiellement bilingue partout. Ils réalisent, par exemple, que les services en santé ne sont pas en français. On a encore du chemin à faire. »

Monsieur Verret salue le travail des organismes comme Réso-santé ou la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique, qui font pression sur les gouvernements pour obtenir plus de services en français, surtout en santé.

Monsieur Verret croit qu’il y a une nuance importante entre l’accueil et l’établissement.

« Il ne suffit pas de les accueillir. Il faut aussi les aider à s’établir. »

— Une citation de  Gilles Verret, directeur général de la coopérative d'immigration francophone de la Colombie-Britannique Le Relais.

Selon lui, offrir les services dont les immigrants francophones ont besoin relève d’un grand nombre d’organismes, qui travaillent en étroite collaboration.