•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début du contenu

Crise des opioïdes  :  Purdue Pharma va devoir payer

Panorama, ICI Première
Rattrapage du mercredi 29 juin 2022

Crise des opioïdes  :  Purdue Pharma va devoir payer

Imputabilité de Purdue Pharma dans la crise des opioïdes

On peut voir le nom d'Elizabeth Sturgeon inscrit sur une croix blanche ornée de décorations et de sa photographie.
Chaque croix blanche porte le nom d'une victime de la crise des opioïdes.PHOTO : Radio-Canada / Yvon Thériault
Panorama, ICI Première
PanoramaPublié le 30 juin 2022

La Colombie-Britannique a conclu une entente avec une des 40 compagnies pharmaceutiques contre lesquelles elle avait déposé une poursuite pour leur rôle dans la crise des opioïdes. Purdue Pharma s'engage à verser la somme de 150 millions de dollars aux différents gouvernements du pays. Me Patrick Martin-Ménard, avocat en droit de la santé chez Ménard Martin avocats, explique ce que la province reprochait à la compagnie.

« Des tactiques de marketing visant à vanter les mérites d’une utilisation à long terme des opioïdes qui n’étaient pas du tout indiqués. Des publicités trompeuses, des démarches auprès des médecins pour les inciter à prescrire cette médication. Une tentative de contrôler le discours scientifique pour dissimuler les importants risques rattachés à l’utilisation des opioïdes. »

Me Patrick Martin-Ménard, estime toutefois que cette somme est une goutte d’eau dans l’océan.

« Ce sont des peccadilles. Quand on regarde les profits de Purdue Pharma, on parlerait de profits d’au-delà 10 milliards de dollars. Je comprends que c’est un de 40 défendeurs, mais c’est une compagnie pharmaceutique extrêmement importante et Purdue étant la compagnie qui manufacture l’opioïde qu’on connaît sous le nom de Oxycontin, qui est un des médicaments les plus redoutables. »

Patrick Martin-Ménard reconnaît qu’en versant cette somme, la compagnie Purdue Pharma avoue avoir une part de responsabilité dans la crise des opioïdes. Il doute cependant que cette entente les oblige à changer leur culture d’entreprise.